Category Archives: Personnes

Rastafarian man

Energie gratuite

Vêtu tout de noir, l’homme noir portait des dreadlocks et des lunettes noires. Sur le sol à côté de lui se trouvaient un sac marin noir, une valise à roulettes noire, et un sac poubelle noir. Un chapeau de paille couvrait son crâne.

Il frottait le sol en mouvements circulaires, marmonnant et mettant sa main dans le sac poubelle puis la retirant. San Francisco grouille de gens et de comportements excentriques – il en faut plus pour me déranger, ou même pour m’étonner. Alors je m’assis sur le banc et profitai de la vue de la Cité pendant que mes chiens vadrouillaient dans la verdure, le corps entier suivant le nez sur la piste de quelque rongeur ou morceau de quesadilla.
- « Salut Man, » dit l’inconnu. « Comment ça va ? »
- « Bien, » je répondis. « C’est une belle journée ensoleillée. Et toi, ça va ? »
- « Ça va bien, Man. Ça va bien. Merci. »
- « … »
- « Aujourd’hui c’est mon anniversaire et je donne de l’énergie gratuite. »
- « Et bien, bon anniversaire ! »
- « Merci, Man. Tu sais, c’est ça que je fais. Je donne de l’énergie aux gens gratis. »
- « Cool. C’est très généreux. »
- « Tu sais, Man, l’énergie, faut qu’elle bouge tout le temps. Si tu essaies de la garder pour toi, tu vas contre la Nature. Un jour ou l’autre elle ressortira de toi sous une forme différente, pas forcément très agréable. Alors faut la faire circuler sans arrêt. Toute l’énergie que tu reçois, faut la passer à quelqu’un d’autre. »

On rencontre rarement la réincarnation Rastafarienne de Yoda, même à San Francisco. Je fis quelques pas vers l’homme.
- « Oui, ça m’intéresse, » dis-je. « J’aimerais de l’énergie gratuite. »
- « Ok. C’est ça que je fais. C’est ça que je fais. Laisse-moi juste me préparer. »
Il retira les morceaux de ruban électrique noir qui couvraient le bout de ses doigts – hommage à Michael Jackson ou moyen ingénieux de conserver son énergie ? Lui seul le sait – et réorganisa les sacs noirs plusieurs fois. Puis il retira ses lunettes noires. « En ligne droite », marmonna-t-il. « Oui, c’est bien… Un… Deux… Trois… Bien ! Maintenant donne-moi ta main.»

Je lui tendis la main droite, qu’il saisit délicatement. Il ferma les yeux et enveloppa ses deux mains autour de la mienne. Ses paumes et ses doigts rayonnaient de chaleur. Les miens étaient froids, comme toujours en hiver. « Tout ce qui compte c’est l’Amour, Man. Là je t’envoie l’énergie. Je t’envoie de l’Amour. »

Il ouvrit les yeux et relâcha ma main, à présent chaude comme la sienne. « Tout ce qui compte c’est l’Amour, Man, » répéta-t-il. « Souviens-toi que tu peux pas garder ça pour toi. Faut que tu passes l’énergie à quelqu’un d’autre. »

Maintenant tends la main et ferme les yeux.

 

Rastafarian manCédric, février 2013

facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmailby feather

Aujourd’hui

Stinson Beach on my birthdayAujourd’hui j’ai 38 ans. Mai s’est levée à l’aube et elle est en route pour le bureau. Quand elle m’a demandé il y a quelques semaines ce que je voulais pour mon anniversaire ma réponse a été facile : se réunir avec un petit groupe d’amis, partager un bon dîner et aller danser en boîte. Je regarde ma montre : 8h15. La soirée commence dans 705 minutes (soit 42.300 secondes). Je m’assois au bureau et débute mon rituel matinal, couchant sur le papier les rêves de la nuit passée et les pensées et émotions du matin. Qu’est-ce que j’ai envie de faire aujourd’hui ? Je n’ai pas vu l’Océan de près depuis des mois, et ça me manque. Le son fracassant du ressac, la sensation de la brise marine sur ma peau, la chaleur douce du soleil en hiver… Manly baille et Biela me lance son regard d’hypnotiseur. Ces chiens ont une manière très claire de me faire comprendre que c’est l’heure de la promenade.

Sur le flanc de Tank Hill se trouve un coin de verdure, de terre et de rocaille avec une vue imprenable de San Francisco, du Golden Gate Bridge et de la côte Pacifique au-delà : c’est ici que mes chiens emmènent promener leur humain deux fois par jour. Un homme vêtu de noir est assis à l’endroit où j’ai l’habitude de me poser et de profiter de la vue pendant que Manly et Biela reniflent, courent et vaquent à leurs occupations canines. Qu’est-ce que ce type fait là ? C’est MON coin secret, MA vue, MON trésor matinal. Je l’ignore et me tiens à distance, attendant que l’intrus s’en aille.

Il reste.

« Hé frangin, est-ce que tu sais ce qu’est le premier point, celui qu’on aperçoit là-bas ? » L’homme lève son doigt vers l’horizon, juste au-delà de l’extrémité Nord du fameux pont rouge qui est devenue un symbole de La Ville qui est mon chez moi. Je regarde aux alentours, espérant que l’inconnu parle à quelqu’un d’autre, mais il n’y a personne en vue.

MOI : « Je ne suis pas sûr. C’est peut-être Point Reyes. »
L’HOMME : « Tu crois ? »
Je me rapproche de lui et observe la côte Pacifique, essayant de répondre à cette simple question sur un paysage qui est sous mon nez deux fois par jour depuis 6 mois. Je ne m’en suis jamais préoccupé jusqu’à présent.
MOI : « En fait, non : Point Reyes est plus au Nord. Ça pourrait être Stinson Beach. »
L’HOMME : « Ah oui, je crois que t’as raison. Ça doit être Stinson. »
MOI : « … »
L’HOMME : « Demain c’est mon anniversaire, et c’est la première fois que j’ai un temps comme ça. »
MOI : « … »
L’HOMME : « Tu sais, normalement il fait froid et il pleut. »
MOI : « … »
L’HOMME : « Je pense que je vais aller à Stinson demain. J’ai des amis là-bas et je ne les ai pas vus depuis bien longtemps. »
Je ne crois pas aux coïncidences. Il y a une raison pour que cet inconnu croise mon chemin aujourd’hui.
MOI : « Bonne idée. En fait aujourd’hui c’est mon anniversaire et je pense que je vais aller à la plage aussi. »
L’HOMME : « Vraiment’ c’est le tien aujourd’hui ? Joyeux anniversaire frangin ! »
MOI : « Merci. Joyeux anniversaire à toi aussi. »
L’HOMME : « Je m’appelle Adam. » Il sourit, sans se soucier de ses quelques dents manquantes, et tend la main. Je la serre.
MOI : « Enchanté. Moi c’est Cédric. »
ADAM : « Enchanté. »
MOI : « … »
ADAM : « … »
MOI : « … »
ADAM : « Il faut juste que je trouve comment obtenir l’argent. »
Il dit ces mots à voix basse, les yeux fixés sur l’horizon. On dirait qu’il parle tout seul. Les chiens sont maintenant assis à nos côtés ; ils aiment bien Adam. Il caresse Biela en douceur ; je fais de même avec Manly.
MOI : « Combien ça coûte un ticket de bus pour Stinson ? »
ADAM : « Je sais, pas, peut-être 7 dollars 50 pour l’aller et autant pour le retour, dans ces eaux là. »
Je sors un billet de 20 dollars de mon portefeuille et le lui tends.
MOI : « Joyeux anniversaire Adam. S’il te plaît va à Stinson et rends visite à tes amis. »
Il hésite pendant quelques secondes avant de prendre le billet, souriant de son sourire édenté.
ADAM : « Vraiment ? Merci frangin. Merci.»

Tant de fois ai-je commencé une journée avec de bonnes intentions qui ne se sont jamais transformées en actions… comme prendre la guitare qui se sent si seule dans un coin de mon bureau ces derniers mois, comme me promener dans la forêt au lieu de rester planté devant Facebook. Comme aller à la plage.

Pas aujourd’hui.

Aujourd’hui Adam était là pour me rappeler combien j’ai de la chance d’avoir les moyens de faire ce que j’aime. Il est si facile de se laisser prendre dans la routine et d’abandonner les choses simples qui nous apportent du bonheur. Aujourd’hui je me donne du temps libre. Aujourd’hui j’ouvre le toit du cabriolet, je traverse le Golden Gate Bridge, et je conduis sur la California Highway 1, le long de l’Océan Pacifique.

Aujourd’hui je vais à Stinson Beach. Merci Adam.

Cédric, le 20 janvier 2013

facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmailby feather
Daniel Pennac (Photo: Denis Rouvre / L'Express)

Daniel Pennac

Récemment je me suis replongé avec délectation dans l’œuvre si originale de Daniel Pennac, son monde farfelu et attachant, et ses personnages plus vrais que nature.

Voici quelques unes de mes pensées préférées issues des trois premiers livres de la saga de Benjamin Malaussène : « Au Bonheur des Ogres », « La Fée Carabine » et « La Petite Marchande de Prose ».

Un ivrogne, ça raconte n’importe quoi, surtout la vérité.

On croit qu’on amène son chien pisser midi et soir. Grave erreur : ce sont les chiens qui nous invitent deux fois par jour à la méditation.

Ce sont rarement les réponses qui apportent la vérité, mais l’enchaînement des questions.

Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n’est qu’un rêve de prédateur.

Etre libre, c’est d’abord être libéré du besoin de comprendre.

La mémoire, c’est l’imagination à l’envers.

Si vous voulez vraiment rêver, réveillez-vous…

Mais il y a pire que l’imprévu, ce sont les certitudes !

Quand la vie ne tient qu’à un fil, c’est fou le prix du fil !

Les mots, comme les armes, partent parfois tout seuls.

Si vous ne connaissez pas le monde de Pennac, je vous le recommande chaudement. Et si vous y avez déjà goûté, pourquoi ne pas en reprendre une assiette ?

Cédric

facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmailby feather